Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
H.B.over-blog.com une vie à Valréas

chronique de la vie Valréassienne

Les gens du voyage

Publié le 28 Mars 2014

Trois noms, trois appellations différentes... Des différences mais la même origine lointaine.

Tous peuples nomades, venant des régions indiennes dès le XIème siècle vers l'Europe. Leurs différences dépend à la fois du groupe ethnique et social d'origine et, ensuite de l'histoire du groupe et de son ancienneté dans le pays d'accueil.

De cette histoire, vient la différence : Les gens du voyage ne sont pas des gitans, au même titre que les Roms ne sont pas des gens du voyage.

De trop nombreux amalgames et confusions sont faits aujourd'hui. Leurs modes de vie sont sensiblement identiques, mais leur statut social et leur vécu psychologique ne sont pas identiques.

Décryptages, explications sur ce qui sépare ces trois groupes nomades, ces trois appellations.


> Par Emmanuel Clerc, historien et enseignant

LES GENS DU VOYAGE

Des nomades par choix.

Français depuis de nombreuses générations. Ils se considèrent comme Français à part entière et le revendiquent haut et fort. Ils travaillent, gagnent de l'argent, paient des impôts, des cotisations sociales, scolarisent leurs enfants....

Ils sont totalement intégrés dans la société et ont une parfaite connaissance des droits et obligations. Leur seule différence est que leur maison est sur roues. Beaucoup sont semi sédentarisés ; l'hiver ils sont sur un terrain qui souvent leur appartient. Parmi eux, beaucoup sont d'origine gitane ou tsigane.

Les gens du voyage ne sont pas considérés totalement comme des français à part entière : ils ont, notamment, l'obligation de posséder un "titre de circulation" qu'ils doivent faire viser tous les trois mois à la gendarmerie ou au commissariat, avec obligation d'être rattachés administrativement à une commune. Ils sont sous contrôle. Pour être inscrit sur les listes électorales (droit de vote) il leur faut trois ans de rattachement à la même commune.

Autre problème : les assurances, pour beaucoup, refusent d'assurer la caravane considérant que ce n'est pas un logement mais un véhicule.

LES GITANS, LES TSIGANES

Ce sont des Roms installés dans des pays d'accueil depuis très longtemps.

Les Gitans en Espagne et dans le sud de la France. Les Tsiganes dans le reste de la France.

Mais malgré ces appellations, ils demeurent des Roms, parlent le Romani et n'ont pas la nationalité de leur pays d'accueil ; cependant ils sont très souvent en situation régulière avec un titre de séjour valide. Péjorativement appelés « manouches » ou « romanichels ».

On peut dire d'eux qu'ils sont des Roms intégrés.

LES ROMS

Ils ne sont pas Français. Pour la plus part Roumains ou Bulgares.

Ils sont très peu considérés dans leur pays d'origine et ont vu avec l'Europe et la disparition des frontières un espoir de vie meilleure ; on leur a fait miroiter en quelque sorte « le paradis ».
Ce départ du pays d'origine est à assimiler à un vrai instinct de survie.
A la différence des gitans et tsiganes, ils sont très souvent très mal intégrés. Ils ne parlent pas le français ou avec beaucoup de difficultés et font face à une vive hostilité.

En Europe, on dénombre pas moins de 12 millions de Roms.

En France, ils ont un droit de séjour de 3 mois. Et au delà ils deviennent des sans papiers et donc en situation illégale.
La France n'est pas unique ; de nombreux pays d'Europe ont des lois « anti Roms »:
- forte discrimination en Allemagne,
- camps incendiés pour les chasser en Italie,
- haine violente en Hongrie,
- en Roumanie, principal pays d'origine, un ministre a même émis le souhaite d'acheter une parcelle du désert pour les y installer.

Commenter cet article